Sorties culturelles

Les Châteaux du Cubzaguais (2015)



Chaque année, l’ARHAL organise une sortie culturelle. Cette année, le thème des châteaux du Cubzaguais a été retenu par les organisateurs. Il s’agissait pour eux de faire découvrir une histoire souvent méconnue et de rencontrer les propriétaires qui consacrent beaucoup de temps à faire vivre ces demeures et à les restaurer.

La première étape de la journée du samedi 18 avril était le Château Barès à Asques où la trentaine de membres de l’association ont été accueillis par Annie et Gérard Cazeau, les propriétaires. Lorsque le couple arrive à Barès en 1988, il ne reste que quelques murs et une toiture bien capricieuse... À force de courage et de ténacité, ils vont redonner vie à cette demeure du XIIe siècle qui a accueilli le roi Louis XIII et qui appartenait aux grands familles Montferrand puis Gombault. La famille Quancard, propriétaire du Château de Terrefort-Quancard à Cubzac-les-Ponts, a ensuite guidé les visiteurs dans la propriété et leur a fait découvrir l’histoire du domaine.

Une dégustation des vins de la propriété a conclu agréablement la matinée avant un repas servi au Café de la Gare 1900.

 

Le fil d’Ariane de l’après-midi s’est déroulé autour de la famille Peychers. Cette famille de bourgeois de Bordeaux possédait La Motte Saint-André, à Saint-André de Cubzac, et le château Les Grands Thibauds à Saint-Laurent d’Arce. Jacques et Marie-Christine Besson ont raconté avec passion la chronologie de cette ancienne maison forte dont l’origine remonte à 1274. En 1742, la famille de Montferrand vend La Motte à Pierre Peychers. Celui-ci va transformer le bâtiment en chartreuse classique. Son épouse, Marie Peychers, acheta quant à elle, le Château Les Grands Thibauds, à Saint-Laurent d’Arce, ultime étape de la journée.

Christophe Meynard, président de l’ARHAL, dévoila l’histoire de ce beau domaine viticole restauré par les familles Peychers puis Triolaire. Un médecin connu, le docteur Emmanuel Petit de La Villéon, y a un temps habité avant que la propriété ne soit vendue en 1912 à la famille Gillardeau.

Depuis 1966, c’est la famille Plantey qui est à la tête du domaine. La journée s’est terminée autour de Patrice et Pascale Plantey qui produisent avec enthousiasme huit cuvés différentes en appellations Bordeaux, Côtes de Bourg et Blaye Côtes de Bordeaux.

 

une partie du groupe devant le château Barès
une partie du groupe devant le château Barès

 

Les églises du secteur de Saint-Savin (2014)

 

 

Dans le cadre de ses visites culturelles, l’Association Historique et Archéologique de Saint-Laurent d’Arce (ARHAL) avait réuni une trentaine de ses membres, samedi dernier, pour la visite des églises de Laruscade et de Marcenais. Cette journée a permis aux membres de l’association de découvrir l’histoire des deux édifices religieux.

 

La commune de Laruscade a la chance d’avoir son historien en la personne de Gérard Daurignac, enfant du village. Grâce aux archives, il a restitué plus de 800 ans d’histoire de l’église Saint-Exupère de Laruscade. Bâtie au XIIIe siècle, l’édifice a été détruit lors des guerres de Religion puis remanié au cours des siècles. A l’aide d’un diaporama et de plans explicatifs, Gérard Daurignac a su expliquer aux participants l’évolution de cette église. La visite guidée a permis de découvrir une vierge polychrome en bois de saule qui représente la Vierge portant l’enfant Jésus (fin du XVIIe siècle).

 

 

 

Après un repas à Laruscade, le groupe a visité l’église de Marcenais. Cette visite était l’occasion de redécouvrir le monument historique sous un oeil nouveau après les travaux de restauration. Jacqueline Bernis, présidente des Amis de l’église templière de Marcenais (AETM), a captivé l’intérêt des visiteurs en racontant l’histoire de l’édifice, vestige unique d’une commanderie templière médiévale. L’intérêt pour les membres de l’association résidait également dans le fait que Marcenais et la chapelle de Magrigne, à Saint-Laurent d’Arce, sont bâties sur le même plan mais que Marcenais a subi d’énormes modifications au cours des siècles.

 

 

Une partie du groupe devant l'église de Marcenais
Une partie du groupe devant l'église de Marcenais